Pourquoi, quand, comment ?

  • Pourquoi et quand faut-il opérer un glaucome ?

    Le traitement chirurgical est indiqué quand, malgré le traitement médical maximum, le champ visuel se dégrade à une vitesse telle qu'elle fait craindre la survenue ou l'aggravation d'un handicap visuel.

  • Que peut-on espérer de l’opération ?

    L'opération ne peut en aucune façon améliorer la vue ni restaurer le champ de vision. Son seul but est d'essayer de ralentir au maximum la perte des fibres optiques, en abaissant la pression intraoculaire. 
    La baisse de pression obtenue est souvent importante et durable. Mais elle peut être insuffisante d'emblée, ou parfois devenir insuffisante après un certain temps. C'est dire l'importance de poursuivre la surveillance à vie : l'opération soigne mais ne supprime pas le glaucome.

L'opération

  • Quelle est la préparation de l'opération ?

    Plusieurs semaines avant l'opération : en cas d'irritation de l'œil, certains collyres trop irritants sont parfois interrompus, et un collyre anti-inflammatoire est prescrit.

    Une consultation avec un anesthésiste de la clinique a lieu au moins 48h avant l'intervention.

    Il faut lors de cette consultation préciser les traitements généraux que l'on prend. Il faut aussi le cas échéant indiquer son niveau d'anxiété ou de crainte. L'anesthésiste en tiendra compte et pourra injecter un produit un médicament permettant d'améliorer votre confort et la sécurité de l'opération.
    Attention, cette consultation a lieu à la clinique Hartmann.

    La veille et le jour de l'opération une douche avec un savon antiseptique a pour but de limiter le risque infectieux.

  • Comment se déroule l'opération ?

    Ambulatoire

    L'admission à la clinique Pierre-Cherest se fait en début de matinée.
    L'opération se déroule dans la matinée.
    Le départ de la clinique a lieu en fin de matinée.

    Anesthésie

    L'anesthésie est locale : vous resterez parfaitement réveillé mais ne ressentirez pas de douleur.

    L'intervention

    Le principe de la chirurgie filtrante consiste à créer une dérivation interne de l'humeur aqueuse. Le liquide sort de l'œil pour aller sous la conjonctive qui recouvre la sclère: dans l'espace sous-conjonctival. La sortie de liquide ne se produit cependant pas directement sous la conjonctive : la construction d'un volet scléral permet d'obtenir une sorte de porte.
    Il existe deux types de chirurgies filtrantes, selon que l'on laisse ou non une partie du filtre naturel de l'œil : la trabéculectomie et la sclérectomie non perforante.
    Le volet scléral joue un rôle très important dans la trabéculectomie : des sutures permettent de contrôler l'ouverture de cette petite porte pour limiter le débit de sortie de l'humeur aqueuse. Ce réglage peut être poursuivi même après l'opération. Certaines sutures peuvent en effet être retirées ou coupées par laser plusieurs jours après la chirurgie.
    Une réaction cicatricielle trop importante entraîne une fermeture de l'espace sous-conjonctivale, et provoque ainsi un échec de la filtration. L'utilisation de produit (mitomycine) pour moduler cette cicatrisation est donc quasi-systématique.

    Description complète de la chirurgie sur le site glaucome.fr

  • Que se passe-t-il après l'opération ?

    Que ressent-on ?

    Une fois l'effet de l'anesthésie dissipée, il est banal de ressentir une gêne, en particulier une impression de grain de sable. Cette gêne peut durer plusieurs jours. De façon générale, les douleurs à type de brûlure ou grains de sable ne sont pas inquiétantes.  En revanche l'apparition d'une douleur ressentie comme interne, "à l'intérieur de l'œil", doit faire consulter en urgence. Il peut en effet s'agit d'une infection à traiter en urgence.
    Une baisse provisoire de l'acuité visuelle est fréquente. Elle peut être liée notamment à la dilatation de la pupille, à une pression intraoculaire très basse, ou encore à la présence de sang dans l'œil.

    Quelles précautions faut-il prendre après l'opération ?

    Il faut absolument s'interdire de toucher l'œil opéré. Les gouttes que l'on mettait avant l'opération doivent être arrêtées. Elles en revanche être poursuivies sur l'autre œil
    Dès le lendemain de l'opération de nouvelles gouttes seront prescrites. Elles ont pour but de prévenir une infection et de limiter la cicatrisation de la conjonctive.
    Tous les efforts importants doivent être proscrits, en particulier les efforts de toux violents, le soulèvement d'objets lourds. Il faut aussi éviter de courber le buste pour ramasser un objet.
    L’activité professionnelle, l’utilisation de machines ou instruments dangereux, la conduite automobile et les activités sportives sont déconseillés pendant une période limitée qui sera définie au cas par cas.

    Comment se passent les consultations post-opératoires ?

    Un contrôle le lendemain de l'opération permet de vérifier la pression intraoculaire et surtout l'étanchéité de la bulle conjonctivale. Si une fuite importante ou prolongée existe, la pose de sutures additionnelles peut être nécessaire.
    Un contrôle aux environs du quatrième puis du huitième jour vérifie la pression intraoculaire. En cas de trabéculectomie, si la pression reste trop élevée, une partie des sutures posées sur le volet scléral est coupée au laser.
    Dans le premier mois les contrôles ont lieu toutes les semaines.
    A l'inverse de la cataracte qui demande peu de participation au patient une fois l'opération effectuée, ces opérations demandent des vérifications fréquentes, et des ajustements éventuels sauf à compromettre le résultat à long terme.

  • Quels sont les risques de la chirurgie du glaucome ?

    Le risque de complications, inhérentes à toute chirurgie, ne doit pas faire oublier que cette opération est le plus souvent un succès !
    Une 
    feuille d'information rédigée par la Société Française d'Ophtalmologie explique de façon complète les risques de cette chirurgie. Elle peut être lue et téléchargée ici Opérations du glaucome. Sa lecture est indispensable avant la consultation préopératoire. Elle vous permettra de poser les questions éventuelles en connaissance de cause.

  • Un cas particulier : la chirurgie combinée cataracte-glaucome

    Elle est indiquée quand se rajoute à l'indication de chirurgie du glaucome celle de la chirurgie de la cataracte. L'opération se réalise généralement sur deux sites opératoires différents. 
    Aux risques de la chirurgie du glaucome se rajoutent alors ceux propres à la chirurgie du cristallin.
    En cas de glaucome par fermeture de l'angle, l'efficacité de la chirurgie du cristallin a été démontrée. Elle doit même être préférée à l'iridotomie. Il est rarissime dans ces cas d'y associer l'opération du glaucome : les indications de chirurgie combinée sur les glaucomes par fermeture de l'angle sont aujourd'hui exceptionnelles.
    Sauf exceptions, le traitement chirurgical initial du glaucome par fermeture de l'angle est la chirurgie du cristallin. Une feuille d'information rédigée par la Société Française d'Ophtalmologie explique les risques de la chirurgie du cristallin. Elle peut être lue et téléchargée ici Chirurgie de la cataracte 

    feuille d'information chirurgie de la cataracte

Nouvelles chirurgies : les MIGS

Cet acronyme anglais (MIGS pour Minimally Invasive Glaucoma surgery) désigne de nouveaux types d'interventions chirurgicales, moins invasives, et permettant une récupération plus rapide. La chirurgie mini-invasive du glaucome se définit aussi par la rapidité et la relative sécurité des interventions par rapport à la chirurgie classique.
Trois principaux dispositifs sont actuellement étudiés :
- L'iStent® dérive l'humeur aqueuse de la chambre antérieure vers le canal de Schlemm. Il peut être posé au cours de la chirurgie de la cataracte. L'injecteur actuellement disponible permet l'injection séquentiel de deux dispositifs. Cette intervention se pratique dans le même temps qu'une chirurgie de la cataracte.
Son indication concerne plutôt les glaucomes débutants ou modérés. L'intérêt est la totale préservation de l'intégrité de la conjonctive. Cette intervention ne compromet ainsi en rien les chances de succès d'une chirurgie filtrante ultérieure.
- Le Xen-Gel® dérive l'humeur aqueuse vers l'espace sous-conjonctival. Il s'agit d'un tube en gélatine de porc modifiée. Il est introduit par l'angle iridocornée, pour déboucher dans l'espace sous-conjonctival. Les résultats de la principale étude prospective ("Compass") sont encourageants.
Cependant, bien que l'abord se fasse "ab interno", l'extrémité sous-conjonctivale du tube provoque une réaction cicatricielle, variable selon les patients. Une révision à l'aiguille est ainsi nécessaire dans plus d'un tiers des cas. Il s'agit donc d'une chirurgie du glaucome "modérément" invasive.
- Le PreserFlo® (nouveau nom de l'Innfocus®) est un tube plus rigide et plus épais que le Xen-Gel. Il est introduit par voie conjonctivale, au travers d'un mini-volet scléral. Il s'agit ainsi d'une filtrante perforante ne nécessitant pas d'iridectomie. Elle est moins invasive qu'une trabéculectomie.
pour ces trois drains, aucun résultat d'étude randomisée contrôlée n'est actuellement disponible
- A part,
la canaloplastie consiste à introduire un fil dans le canal de Schlemm. Ce fil est ensuite tendu et noué, mettant à son tour en tension la face interne du canal, ce qui augmente sa perméabilité.

Adresses pour la chirurgie du glaucome

Prise de rdv opératoire

Exclusivement au cabinet :
- en ligne
- ou par le secrétariat téléphonique
01 42 93 23 46

Consultation d'anesthésie

Clinique Hartmann

26 boulevard Victor Hugo
92200 Neuilly-sur-Seine

Tél 01 46 41 89 69

Lieu de l'intervention

Clinique Pierre Cherest :

5 Rue Pierre Cherest
92200 Neuilly sur Seine

Consultation pré et postopératoires

Au cabinet :
8 rue Théodule Ribot 75017 Paris.